Fahrbericht Opel Astra

Essai Opel Astra - Voiture Suisse de l'année 2016

"Opel inspirée"

Marcel est directeur chez autoricardo.ch et passionné d’automobiles. Fan de voitures françaises, ce père de famille conduit son modèle de collection dès qu’il le peut. Véhicules: Citroën CX 2.4 (1978), Citroën C5 V6 Break (2007), Saab 9-3 Turbo Cabriolet (2000) & Citroën C5 V6 HDi (2008).

 

 

J’avais remarqué depuis quelques jours la présence dans le garage souterrain de l’Astra que nous allions tester, mais ma curiosité était limitée. Toutefois, quand j’ai vu l’inscription au revers du porte-clefs posé sur mon bureau, je ne pouvais plus l’ignorer: 200 ch. Avant même d’avoir éprouvé la puissance du moteur turbo de 1,6 litre, je suis enthousiasmé par les sièges très confortables et réglables dans de multiples positions. A l’avant, l’Astra est très spacieuse pour une voiture de cette gamme; les commandes sont faciles à comprendre et tout le cockpit dégage une impression de qualité. Le porte-clefs n’a pas menti: l’Astra tire très puissamment et propose un bon couple dans toutes les situations. Le châssis, tout en rigidité sportive, est à l’unisson, et le moteur n’est disponible qu’avec un boîtier manuel. Revers de la médaille: la suspension n’offre pas un confort remarquable sur des routes de mauvaise qualité. Le soir est tombé, j’allume alors les phares matriciels LED.

 

Il est fascinant de constater le degré de perfection avec lequel l’Astra règle en continu l’intensité et la portée pour offrir sans cesse le meilleur éclairage, sans éblouir les conducteurs circulant dans l’autre sens. L’Astra prouve aussi son intelligence dans d’autres circonstances, en m’avertissant des risques de collision, en énonçant les limitations de vitesse et en me maintenant sur la bonne voie. Il me semble donc d’autant moins compréhensible que, malgré tous ces capteurs et caméras, un régulateur de vitesse adaptatif ne soit pas possible. Mais gardons les pieds sur le plancher de cette voiture compacte. Pour CHF 35 000.–, prix de notre Astra dotée de l’équipement dernier cri, on acquiert une vraie voiture, qui procure beaucoup de plaisir de conduite. Mon jugement est confirmé par la compacte premium, que j’ai par hasard testée juste après avoir rendu l’Astra: Opel avait une classe d’avance.  

"Nouvelle Astra"

Manu est Back Office collaborateur autoricardo.ch. Pendant son temps libre, il s’occupe de sa famille, fait de la moto ou conduit sa voiture de collection. Véhicules: Seat 850 C Especial (1971) ,BMW 525d touring (2008), BMW F 800 GS (2007).

 

 

Tiens! Du changement: Lors de la prise de possession du véhicule, les différents systèmes d’assistance ont été présentés et expliqués en détail, ce qui fait d’emblée bonne impression! Nous avons donc directement activé la touche OnStar et envoyé les coordonnées de notre destination au système de navigation. Pas mal ... Et dans le pire des cas (ou lorsque l’airbag est déclenché), un appel de détresse est émis avec demande d’intervention d’une ambulance.

 

On se sent donc en sécurité dans la nouvelle Astra, grâce aussi à une structure solide, à une direction précise et donc à une bonne tenue de route. Sa construction ne lui fait perdre de l’adhérence que sur chaussée mouillée, mais cela peut aussi être dû aux pneus neige sportifs de 18 pouces. Les sièges confortables et de très bonne facture comblent à eux seuls une partie de ces lacunes.

 

L’utilisation n’est pas toujours logique et le nombre élevé de boutons me dérange – il faut ainsi rallumer à chaque démarrage l’éclairage matriciel LED IntelliLUX. L’avertisseur de collision émet un fort avertissement rouge par LED depuis le tableau de bord sur le pare-brise – l’intention est louable. Par ailleurs, l’application myOpel n’offre rien de révolutionnaire, même lorsqu’on la couple à la voiture. De tels détails sont compensés par de bonnes idées – tel le chauffage des sièges qui s’allume automatiquement dès que la température extérieure est de 0 degré, puis diminue progressivement du niveau 4 au niveau 1, afin d’éviter qu’on « cuise » dans le siège. Très prévenant, merci!

 

Dans l’ensemble, et si l’on compare l’Astra à la Golf GTE du mois dernier, la première est plus souple et spacieuse. Sur ces deux véhicules toutefois, les systèmes d’assistance à la conduite en particulier ont des progrès à réaliser. Subjectivement, l’Astra me plaît davantage de par sa conception tout en souplesse.

"Astra onStar"

Michael travaille comme product manager dans le domaine B2B chez autoricardo.ch. Quand il a congé, il aime bien pousser ses bolides dans leurs derniers retranchements. Pour compenser, il pratique en effet l’art du dérapage contrôlé et organise des compétitions automobiles. Son crédo: «La vie est plus fun de biais!». Véhicules: Nissan 300 ZX TwinTurbo (1991), Audi A8 V8 TDI (2011). 

 

 

Astra onStar: avec un tel nom, la nouvelle Astra doit être née sous une bonne étoile. On remarque rapidement le moteur puissant, qui, à mon avis, est tout à fait intéressant pour une cylindrée de 1,6 litre, mais les 200 ch pourraient être plus musclés. J’ai eu en effet davantage l’impression de disposer de 160 ch que de 200 ch. La boîte de vitesses propre et mordante transmet efficacement le couple, et j’avoue avoir pris du plaisir à appuyer sur l’accélérateur.

 

A mon avis, le châssis pourrait être un peu plus souple. Sur autoroute, en cas de changement rapide de voie, il est un peu « cassant ». La question se pose dès lors de déterminer quel est le groupe-cible principal de la nouvelle Astra. Il est clair pour moi qu’il s’agit d’une voiture taillée pour la ville. Un modèle réussi: l’Opel Astra m’a donné envie d’en savoir plus sur l’OPC.    

Offres actuelles

Assistent

Réduire