Fahrbericht Nissan 370 Z Nismo

Essai Nissan 370 Z Nismo

"Vive la simplicité"

Verena est online marketing manager chez autoricardo.ch. D’habitude, elle se rend au travail en scooter. Mais de temps à autre, elle aime bien essayer une voiture et en parler ici. Véhicules: Ford Fiesta (1997), Honda SES 125 Dylan Repsol Valentino Rossi Edition (2003).

 

 

La Nismo 370Z – une voiture aux lignes de rêve! Mais qu’en est-il de son intérieur et de la technologie embarquée? La version Nismo n’a pas de sièges électriques réglables ni de sièges chauffants ou réfrigérants. Ces derniers seraient pourtant les bienvenus si l’on considère la puissance du moteur susceptible de donner quelques sueurs. Cette version ne dispose pas non plus d’une assistance au parcage avant ou arrière. Il y a toutefois une caméra de recul.

 

J’ai voulu passer un peu de hip hop japonais, aux basses bien senties, pour donner une tournure urbaine à ma virée, mais le système «BOSE® Audio Entertainment», pourtant prometteur, m’a semblé assez faible. Les fonctions Bluetoothmériteraient également quelques améliorations. La liaison a été interrompue à plusieurs reprises et la voiture cherche sans cesse à se connecter au téléphone, même si celui-ci ne se trouve pas à bord. Le système de navigation est rudimentaire et ne peut (plus) se targuer d’être le plus rapide.

 

Un mode veille m’a également fait défaut. Il n’y a que les modes marche et arrêt. Si l’on est coincé dans un bouchon ou si l’on s’arrête quelques instants au bord de la route pour chercher quelque chose, il faut laisser tourner le moteur, par exemple pour continuer à bénéficier de l’air conditionné, régler le GPS ou changer les paramètres audio. Certes, la Nismo mise avant tout sur le plaisir de la conduite et s’attarde donc moins sur de tels aspects. Notons encore la flèche à côté de l’affichage de la vitesse engagée, qui clignote lorsque l’on roule à un régime trop élevé.

 

CONCLUSION: Si j’avais la chance d’avoir une villa, la Nismo trônerait au beau milieu de mon salon pour que je puisse l’admirer chaque jour. Je la sortirais pour quelques virées le week-end venu, mais pour une utilisation au quotidien, je dirais non.

"Une touche de Porsche"

Thomas est Product Manager chez autoricardo.ch et responsable du développement de la page. Pas comme les autres, il est plutôt réaliste en termes de comparaison de voitures. Avec cet approche, il nous donne donc une comparaison additionnelle aux points de vue des autres fans. Véhicule: Fiat Punto Sporting (2012).

 

 

Automobiliste aux ambitions raisonnablement sportives, j’ai attendu avec impatience de faire une virée au volant de la Nissan 370Z Nismo. D’une certaine manière, elle me fait penser à une Porsche. Voilà un certain temps déjà que j’essaie d’imaginer la sensation que cela doit procurer de s’asseoir au volant d’un tel bolide. Je me contenterais aujourd’hui de la Nismo, qui en est assez proche et qui a l’avantage d’être nettement moins chère. Il vous suffit d’allonger 46 900 francs pour pouvoir rejoindre le cercle des heureux propriétaires d’une voiture de sport.

 

J’aime beaucoup la peinture à effet minéral et aux propriétés anti-rayures, combinée aux bandes rouges sur les rétroviseurs extérieurs et les jupes avant et arrière. Notons également les étriers de frein Brembo rouges. Le look Nismo est complété par le logo Nismo, le Z moderne apposé sur les marchepieds et les clignotants sur les ailes ainsi que les jantes 19 pouces spéciales en alliage léger.

 

A bord de la 370Z Nismo, les designers ont appliqué de bout en bout l’esprit Nismo. Le marquage d’un cadran sur le volant en alcantara à trois branches, orné d’un Z, est tout aussi réussi que les coutures rouges sur les sièges coques noires-rouges. Les 344 CV développés par le moteur V6 de 3,7 litres sont synonyme de plaisir intense sur la route. Le temps du test routier qui se déroulait dans la région vallonnée de Menzigen (ZG) en passant par le Hirzel (ZH), la 370Z Nismo m’a pleinement convaincu. Pour quelqu’un comme moi, plutôt habitué à une Fiat Punto, la Nismo avale les virages avec aisance et incite à aller tutoyer la limite. Mieux vaut donc que je la rende rapidement, avant que cela ne me coûte (très) cher...

"Des émotions GT-R au bon prix"

Manu est content manager chez autoricardo.ch. Il réalise des mailings et des landing pages et se charge du marketing interne. Pendant son temps libre, il s’occupe de sa famille, fait de la moto ou conduit sa voiture de collection. Véhicules: Seat 850 C Especial (1971), BMW 525d touring (2008), BMW F 800 GS (2007).

 

 

Lors de mon premier essai en 2006, j'avais trouvé que l'ancienne 350 Z faisait presque l'effet d'un « tracteur ». Mais aujourd'hui, je trouve la 370 Z parfaite. Pourquoi?  Comparée aux autres voitures actuelles, numériques et ennuyeuses, où tout émet un signal sonore, où tout est piloté et régulé par capteurs, la 370 Z constitue une alternative agréable, que l'on attendait depuis longtemps.

 

Je n'ose presque pas l'écrire et que l'on me le pardonne, mais, à vitesse réduite, les ingénieurs ont réussi à obtenir un effet sonore qui rappelle clairement les anciennes Porsche 911 refroidies à l'air. Pour les fans de mécanique, c'est tout simplement grandiose et les ingénieurs ont déjà gagné mon respect sur ce point. De temps à autre, un soupçon de sensation rappelant la GT3 RS est palpable et je me dis que le châssis est si abouti qu'il aurait mérité 400 CV. Le plaisir serait en effet encore plus grand. Il est cependant toujours bon d'avoir encore des réserves, surtout lorsqu'on accorde à la Nismo une sortie sur circuit satisfaisant à ses exigences.

 

C'est ici que sa deuxième âme trouve toute son expression. En ville, on peut flâner à bas régime en savourant le bruit d'échappement sonore et grave, toujours agréable à mi-régime. Ou bien on emprunte un circuit fermé et on s'envole avec la Nismo. De par son origine et équipée d'une cylindrée généreuse de 3,7 l, il est toujours vraiment stupéfiant de constater combien ce groupe est agile, dynamique et réactif dans le limiteur, et ce à chaque orgie de tours. Deux mondes donc et seulement ce qu'il y a de meilleur pour les deux: tout simplement fantastique. On ne doit pas lui reprocher les concessions accordées à la place et à la fonctionnalité au quotidien dans l'habitacle, ce serait injuste et laissons les autres s'en charger. Pour l'utilisation prévue, la Nismo 370 Z est un vrai coup de maître.

"Le petit-fils du 300 ZX"

Michael travaille comme product manager dans le domaine B2B chez autoricardo.ch. Quand il a congé, il aime bien pousser ses bolides dans leurs derniers retranchements. Pour compenser, il pratique en effet l’art du dérapage contrôlé et organise des compétitions automobiles. Son crédo: «La vie est plus fun de biais!». Véhicules: Nissan 300 ZX TwinTurbo (1991), Audi A8 V8 TDI (2011).

 

 

J'étais impatient de monter dans la Z34. Possédant une Z32, mes attentes sont élevées, car je sais de quoi Nissan et Nismo sont capables, quand ils le veulent. D'un point de vue esthétique, la Z34 attire vraiment tous les regards, sans trop en faire. Son allure est vraiment réussie: calandre basse, feux de circulation diurne LED placés très bas, ailes larges et spoiler style « queue de canard ». Sur le plan esthétique, la Z34 succède dignement à la Z32. Elle retrouve les lignes que la Z33 avait perdues.

 

Le châssis est tel qu'il devrait être: sportif, mais aussi adapté aux routes citadines. La réponse du volant est super directe. La maîtrise est parfaite car on remarque très précisément le moment où les roues vont patiner. La légère tendance à sous-virer peut immédiatement être stoppée avec le déblocage du ESP. L'arrière caracole ainsi de manière précise à chaque virage (ATTENTION! ne désactiver que si on sait réellement ce qu'on fait, sinon on n'y touche pas!). En dépit des 344 CV, j'ai regretté qu'elle ne soit pas plus puissante: elle aurait pu dépasser la marque des 400 CV ou avoir le célèbre système Twinturbo qui a fait ses preuves et moins de cylindrée ... La conduite est néanmoins absolument digne d'une Nismo: tout simplement fabuleuse.


La technologie constitue également un petit bémol: le système audio Bluetooth ne fonctionne qu'avec des saccades (on se demande pourquoi), le système de navigation a besoin d'un temps fou même pour calculer des itinéraires courts et le port USB ne semble reconnaître aucun des portables actuels.

 

CONCLUSION: pour le prix, on décroche une fusée de poche qui fait beaucoup d'effet. Pour les amateurs de couple, il manque cependant encore un petit quelque chose. Je souhaite donc que Nissan revienne aux moteurs turbo dans la gamme Z! Premièrement, c'est plus écologique et deuxièmement, conduire est beaucoup plus plaisant!

Galerie


Offres actuelles

Assistent

Réduire