Fahrbericht Honda Civic Type R

Essai Honda Civic Type R

"Engin de plaisir Type R"

Michael travaille comme product manager dans le domaine B2B chez autoricardo.ch. Quand il a congé, il aime bien pousser ses bolides dans leurs derniers retranchements. Pour compenser, il pratique en effet l’art du dérapage contrôlé et organise des compétitions automobiles. Son crédo: «La vie est plus fun de biais!». Véhicules: Nissan 300 ZX TwinTurbo (1991), Audi A8 V8 TDI (2011).

 

 

Depuis longtemps déjà, nous nous réjouissions à l’idée d'avoir la nouvelle Civic Type R entre les mains. Comme je l'avais déjà vue sur la route à plusieurs reprises, je savais qu'elle ne correspondait malheureusement plus au concept présenté au salon de Genève, ce qui est vraiment dommage.


Bon, laissons le passé au passé, et concentrons-nous sur la dynamique de la conduite et la puissance de cette voiture.  Evidemment, j'ai commencé par appuyer sur le bouton R+ et je m'attendais à ce que la voiture parte comme une fusée! On sent qu'il y a 310 ch sous le capot, même si c'est encore un peu mou à bas régime. Mais lorsque le turbo prend le relais plus haut dans les tours et que le V-TEC met la touche finale,  les choses sérieuses commencent. Malheureusement, une première déception: Exit les 9000 tours – un peu plus de 7000 tr/min et c'est terminé … un trait caractéristique de la marque Honda a tout simplement disparu, et c'est dommage, turbo ou pas.

 

C'est dingue, la façon dont la voiture rentre dans la courbe. Comme par magie, elle se rapproche de plus en plus de l'intérieur, et ce sans sous-virer. Le réglage du châssis est également très sportif et offre de ce fait une traction phénoménale. Ce point positif pour le côté sportif peut toutefois présenter un côté négatif en ce qui concerne l'aptitude de la voiture à un usage quotidien car, sur route, elle se montre raide comme un piquet, ce qui n'est pas vraiment indiqué pour les personnes souffrant d'une hernie discale. A ce prix, un tel rendement avec ce châssis bien réglé, c'est quelque chose de spécial.

 

Malheureusement, la Civic possède également des caractéristiques qui sont plus décevantes qu'intelligentes. Lorsqu'on appuie sur le bouton R+, l'afficheur vire au rouge, l'affichage des temps au 400 m départ arrêté et des temps au tour est activé, tout comme les forces g et de nombreux autres jolis affichage ILLISIBLES. Ce qui est par contre nettement plus embêtant, c'est qu'il ne s'est rien passé d'autre! Le châssis, la direction, l'échappement, la puissance du moteur, rien n'a changé. De mon point de vue, le bouton R+ est juste synonyme de « un peu plus de rouge SVP! ». Néanmoins, on en a pour son argent avec la Civic. Elle procure du plaisir, même si elle a ses défauts.

 

Conclusion: La Civic est une fusée de poche à entraînement WARP. Celui qui recherche beaucoup de sportivité pour pas cher trouvera chaussure à son pied avec ce véhicule.

 

"Fermez les yeux et montez!"

Marcel est directeur chez autoricardo.ch et passionné d’automobiles. Fan de voitures françaises, ce père de famille conduit son modèle de collection dès qu’il le peut. Véhicules: Citroën CX 2.4 (1978), Citroën C5 V6 Break (2007), Saab 9-3 Turbo Cabriolet (2000) & Citroën C5 V6 HDi (2008).

 

 

On pourrait passer des heures à dire du mal du design de la Civic Type R, ou juste se contenter de l'ignorer.  De mon point de vue, elle a l'air d'un amoncellement d'éléments de tuning assemblés arbitrairement. Alors: Fermez les yeux et montez! Toutefois, ce n'est pas si simple, car même si les sièges-baquet installés offrent un maintien latéral phénoménal, il faut malgré tout un minimum de souplesse pour s'y installer ou s'en extraire.

 

L'intérieur se caractérise aussi par un excès de design, mais ce qui me convainc, ce sont les afficheurs à deux niveaux. Le compteur situé juste en dessous du pare-brise est parfaitement lisible et il remplace pratiquement un affichage tête haute. En combinaison avec le volant qu’on a bien en main et avec le levier de vitesse parfaitement bien placé et permettant des courses de passage de vitesse courtes et franches, on se sent prêt pour des temps au tour très rapides sur circuit. Le nouveau moteur 2 litres turbo avec ses 310 ch en serait certainement ravi, mais même en usage quotidien, la Type R procure énormément de plaisir de conduite. Ce plaisir augmente de manière exponentielle au fur et à mesure que le nombre de courbes augmente et que le nombre d'usagers de la route diminue. On peut alors vraiment passer dans les virages comme il faut avec la Civic Type R; elle présente une énorme adhérence, n’est pratiquement pas sujette au sous-virage et permet ainsi des vitesses  de passage en courbe délirantes. Il y a là véritablement un potentiel d'accoutumance! Ce qui est bien, c'est qu'on peut se procurer cette drogue pour un prix démarrant à CHF 36‘900.

 

Alors: Fermez les yeux  et accélérez!

"Track day car"

Manu est Back Office collaborateur autoricardo.ch. Pendant son temps libre, il s’occupe de sa famille, fait de la moto ou conduit sa voiture de collection. Véhicules: Seat 850 C Especial (1971) ,BMW 525d touring (2008), BMW F 800 GS (2007).

 

 

Il y a un domaine, dans lequel la Civic Type R m'a beaucoup impressionné. Si l'on envisage, pour rendre intégralement justice au concept de ce véhicule, de conduire sur un col et qu'on sollicite le châssis et le moteur, les réserves des freins sont alors absolument grandioses. Effectuer un freinage limite avant d'aborder un enchaînement de courbes rapide? Ce n'est pas un problème, la Civic R semble dire: « C'était tout? Allez, encore, il y a de la marge! » Parmi tous les véhicules testés jusqu'ici, c'est celui qui arrive le plus tard dans la plage de régulation de l'ABS lorsqu'il n'y a plus d'adhérence au niveau de l'essieu avant. Cela nous ramène à la compétence principale de la voiture et à son objectif de développement le plus important: il faut que ce soit une voiture de course destinée à la route. Et c'est le cas: Pour l'utiliser en respectant ce qu’elle est, il serait judicieux de prévoir son emploi occasionnel sur circuit, car c'est là que la Type R s'épanouit vraiment. Le moteur est tellement hargneux qu'on est moins triste de dire adieu au légendaire prédécesseur doté du moteur atmosphérique tournant à régime élevé.

 

Du fait des valeurs limites de bruit et d'émission toujours plus sévères, même Honda n'était plus en mesure de se passer d'un turbo. Si l'on regarde le résultat, « l'expérience » peut être considérée comme réussie: elle pousse en toute circonstance, avec une véhémence qui, dès le départ, correspond à son aspect belliqueux. Un spoiler par-ci, une lèvre supplémentaire par-là, un peu de rouge là-bas – les Japonais aiment les entrées en scène grandioses et le show un peu plus que nous, Suisses, qui sommes plutôt réservés; cependant, la Civic tient toutes ses promesses sur circuit (tout comme dans les cols), donc il n'y a rien à redire là-dessus.  Des instruments disséminés un peu partout? Des coloris de carrosserie réalisés avec le design brillant des autos tamponneuses? Des petites étoiles de conte de fée en arrière-plan de l'horloge? Cadeau. Seuls l'affichage de la pression d'admission joliment dessiné ou le g-mètre permettant de mesurer l'accélération dans toutes les directions font plaisir au groupe cible. Il est alors légitime de trouver une plaquette indiquant « Earth Dreams Technology » dans le compartiment moteur. Car où serions-nous sans nos rêves? Il est alors certain que ce bolide n'existerait pas, et ce serait tout simplement dommage – c'est le moins qu'on puisse dire.

Galerie


Offres actuelles

Assistent

Réduire